? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Vers une inclusion précoce
jeudi 26 septembre 2013
 VERS UNE INCLUSION PRECOCE

« C’est notre droit de vivre avec nos pairs en société »

 

La garderie et puis l’école… véritables épreuves de socialisation que vit tout enfant … le lieu où l’on apprend à partager, à lutter pour la reconnaissance de sa personnalité, à se situer, à vivre ensemble. C’est là où l’on découvre la collectivité, la discipline, les règles de vie sociale, où l’on se prépare pour l’avenir...

Quelle est la valeur d’une bonne inclusion des enfants à besoins spécifiques dès la garderie ?

Interview avec Mlle Pauline HABER,  psychomotricienne, et Mme Stéphanie RIZK FAYAD, orthophoniste

 

 

Comment définissez-vous l’inclusion ?

L’inclusion dans une garderie est la voie royale pour arriver à une insertion sociale de tout enfant.  Elle vise à placer tout enfant quelques soient ses difficultés avec des pairs dont le développement est le plus proche du sien.

 

Quel est le but de l’inclusion ?

Le but premier de l’inclusion est de promouvoir la stimulation, l’instruction et l’éducation de tout enfant. Elle établit un contact entre un enfant  ayant des besoins particuliers et un enfant du secteur ordinaire.

Un tel système offre un soutien à l’enfant à besoins spécifiques en le  rapprochant le plus possible de la norme et en favorisant son adaptation. Ceci est en faveur de sa socialisation d’autant plus que les petits agissent par imitation.

Les bénéfices de la scolarisation d’un enfant à besoins spécifiques s’étendent  aussi aux autres enfants amenés à le fréquenter. Une volonté d’entraide très appréciable se manifeste. Ainsi, l’accueil d’un enfant en difficulté, incite-t-il les enfants à montrer davantage de respect vis-à-vis d’eux-mêmes et vis-à-vis des autres.

Quant aux parents, l’inclusion de leur enfant dans un milieu ordinaire les implique de plus en plus dans le projet de vie de cet enfant, leur permet de mieux accepter ses difficultés et de croire en ses capacités.

Quelles sont les caractéristiques de l’établissement qui accueille des enfants à besoins spécifiques ?

L’inclusion repose sur l’idée que chaque enfant est unique. Tout doit donc être structuré de manière à ce que chaque enfant reçoive une stimulation adaptée à ses caractéristiques personnelles.

En premier, il est très important que le milieu d’accueil soit réceptif sur le plan matériel (aménagement plus ou moins adapté), sur le plan humain et relationnel (écoute active et acceptation de la différence) et sur le plan pédagogique (les formations des jardinières, l’adaptation et la facilitation des outils pédagogiques).

Enfin, il est primordial d’inciter la famille à participer au processus grâce aux réunions fréquentes. Cela permet aux parents  d’être convaincus, coopérants et impliqués dans le projet de vie de l’enfant.

 

Quels sont les acteurs concernés

L’idéal est d’avoir sur place une équipe complète collaborant avec les jardinières:

-          Un psychomotricien

-          Un psychologue

-          Un orthophoniste

-          Un orthopédagogue

Il est très fréquent de collaborer avec le pédiatre référent de la garderie. Il est souvent indispensable d’orienter l’enfant cers un neurologue ou un oto-rhino-laryngologiste (ORL).

Au niveau pratique, quelle est la valeur ajoutée d’un système d’inclusion pour un enfant à besoins spécifiques ?

La présence d’une équipe spécialisée au sein d’un système d’inclusion permet plusieurs adaptations en faveur de l’enfant et voici quelques exemples :

-          Donner plus de temps pour la manipulation d’objets afin que l’enfant expérimente et répète ses actions dans le cadre d’activités ludiques et sensorielles.

-          Accorder un temps supplémentaire à l’enfant ayant un retard de langage ou un déficit au niveau de la communication afin qu’il puisse s’exprimer, le langage oral occupant une place importante à cet âge.

-          Aider l’enfant à imiter ses pairs pour développer de nouveaux schèmes neuro-moteurs grâce à une éducation psychomotrice.

-          Accompagner les parents et les éducatrices prenant en charge l’enfant du point de vue psychologique.

 

De plus, un nouveau mode de prise en charge commence à s’installer: la bithérapie qui vise à travailler ensemble (psychomotricienne/ orthophoniste/ psychologue) auprès d’un même enfant, dans une même séance, en associant les compétences en vue d'une réalisation commune. Les interventions convergeront toutes vers le projet global de la personne en difficulté.

 

Faut-il évaluer souvent les méthodes utilisées ?

Les évaluations permanentes s’avèrent importantes pour le suivi du travail, du progrès des enfants et de l’accompagnement des parents. Elles permettront un meilleur soutien des jardinières et la mise en place de nouvelles stratégies et recommandations.

Cela est nécessaire pour  juger le travail réalisé afin de repérer les points faibles et les améliorer.

Enfin, le suivi des enfants dès le bas âge permettra de connaitre leurs capacités et de mieux cerner leurs difficultés, ce qui permet leur  orientation vers un milieu scolaire adapté.

« Un enfant dont le développement se déroule harmonieusement dans un cadre contenant et valorisant sera équipé pour une vie sociale épanouie. »

 

 

 

all news