? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Je ne veux pas aller!
vendredi 27 septembre 2013
 Je ne veux pas aller à l’école !

 

Certains enfants expriment systématiquement ce refus tous les matins à l’heure de prendre le chemin de l’école.

Quelle solution pour ce problème?

Interview avec Dr Rose SARRAF, psychopédagogue, professeur universitaire à la Faculté de Pédagogie de l’Université Libanaise et à la Faculté des sciences de l’Education à l’USJ.

 

Peut-on assimiler le refus d’aller à l’école à une phobie ?

La phobie scolaire est un refus catégorique d’aller à l’école pour des raisons qui ne sont pas rationnelles. Les enfants présentent des réactions d’anxiété intense ou des crises de panique quand on essaie de les forcer.

Cette souffrance psychique générée par la peur se manifeste le plus souvent lors du départ à l'école. L'enfant pleure, s'agite, s'enferme dans sa chambre. Il présente même souvent des plaintes somatiques : douleurs abdominales, nausée, maux de tête, excès de colère. De retour à la maison, les peurs et les signes de douleur disparaissent.

Ces symptômes manifestés sont-ils réels ?

Bien que certains enfants « simulent » des symptômes pour éviter d'aller à l'école, d'autres expérimentent régulièrement de réels troubles physiques : crises de larmes, maux de ventre, vomissements, manque d’appétit, palpitations, fatigue ou dépression, timidité, inquiétude, difficulté à s’endormir, panique. Ces troubles sont anormaux. Il convient de les prendre très au sérieux et de consulter des professionnels afin d'aider l’enfant à surmonter sa peur.

Les parents peuvent-ils être parfois responsables de ce refus sans le savoir ?

La première entrée, que ce soit en crèche ou en maternelle est le plus souvent vécue aussi bien par l'enfant que par ses parents comme une séparation terrible, voire un déchirement. Les parents peuvent culpabiliser de devoir se séparer de leur enfant. Ce dernier, ressentant leur angoisse sans en comprendre exactement la raison, imagine l'école comme un lieu terrifiant.

Or l'école est un pas supplémentaire vers davantage d'autonomie qui ne peut se faire sans rompre un peu plus le « cordon ombilical ».  Il y a donc une ambivalence dans l'esprit des parents qui souhaitent tout autant garder auprès d'eux leur petit que lui donner des ailes.

Certains parents peuvent revivre aussi au travers de leur enfant leurs propres angoisses d'enfant et les rapports plus ou moins difficiles qu'ils ont pu entretenir jadis avec l'école.

D'autres parents peuvent avoir des exigences excessives, en termes de carrière, de résultats, ou de situation sociale. Cette "projection" qu’ils font sur leur enfant peut les amener à le mettre  sous pression, à tel point que leur attentes deviennent un fardeau insurmontable. Ce refus de l'école témoigne alors d'une peur de décevoir, d'une stratégie de fuite pour éviter la blessure narcissique que les parents pourraient ressentir quand l’enfant ne réalise pas le projet dont ils ont rêvé pour lui.

En gros, quelles sont donc les causes principales du refus d’aller à l’école ?

-L'angoisse de séparation : lorsque l'anxiété liée à la séparation est intense, elle peut déboucher sur une phobie scolaire.

-La phobie du lieu de l'école : la peur de l'enfant se concentre, ici, sur un aspect de l'environnement scolaire comme par exemple la peur de l'agressivité de ses camarades.

-L'existence d'un traumatisme : des événements comme un divorce, une agression, un vol d'affaire personnelle, un décès, un déménagement ... peuvent engendrer un traumatisme s'exprimant par une phobie scolaire.

-La relation parents/enfant : les parents sont parfois eux-mêmes victimes d'une angoisse de séparation qu’ils induisent à leur enfant.

 

Comment aider l’enfant à s’ne sortir ?

Chaque situation est unique et il n'y a pas de solution miracle.

Vous devez avant toute chose parvenir à cerner exactement son problème. Plusieurs options s'offrent à vous :

- Communiquez : on ne le répétera jamais assez, il faut absolument prendre le temps de parler à votre enfant, de lui poser des questions, de chercher à savoir ce qui le dérange. Il n'est pas toujours évident de faire parler un gamin, mais beaucoup de patience, d'amour et d'encouragements devraient vous permettre de recueillir des informations sur ses sentiments et ses craintes.

- Réconfortez votre enfant : soyez compréhensifs et ouverts au dialogue, rappelez-lui toutes les bonnes choses de l'école (les activités, les amis, les sorties, etc.). Il faut, de plus, l'amener à comprendre qu'il n'a pas vraiment le choix : l'école est obligatoire et tous sont tenus d'y aller. Si vous proposez à votre enfant de changer d'établissement scolaire et qu'il semble enthousiaste à cette idée, il est fort possible que ses craintes soient créées par une situation (ou une personne) précise.

- Contactez son enseignant : après vous, il s’agit de la personne la plus apte à comprendre le problème de votre enfant. Ayant une grande expérience du milieu éducatif, l’enseignant sera en mesure de vous conseiller et de vous orienter vers d'autres spécialistes si besoin.

- Consultez un professionnel : Si la situation vous semble alarmante, n'hésitez pas à  consulter un spécialiste (psychopédagogue, orthopédagogue, pédopsychiatre …) avec votre enfant pour tâcher, ensemble, de trouver des solutions.

all news