? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Alcoolisme : comment s’en sortir ?
jeudi 5 juin 2014
 Alcoolisme : comment s’en sortir ?

 

L'alcoolisme est une maladie dont les conséquences sont lourdes, mais le patient et son entourage disposent d’une multitude d’outils en faveur d’un traitement réussi.
Qu’en est-il au Liban ?

Interview avec Dr Youssef MAHFOUD, psychiatre spécialisé dans les troubles de l’addiction,  exerçant à Cleveland Ohio  (American Board of Psychiatry and Neurology - American Board of Addiction Medicine).

 

-      Quelles sont les causes qui poussent à l’alcoolisme en général?

 

L'alcoolisme est actuellement considéré comme une maladie récurrente chronique, à l’instar du diabète et de l’hypertension artérielle.
De multiples facteurs biologiques et environnementaux y contribuent:
• le genre : les hommes sont plus touchés que les femmes.
• Les modifications au niveau du cerveau: l'alcool modifie avec le temps  la « chimie » du cerveau. Quand vous buvez de l’alcool votre cerveau produit de la dopamine qui confère un sentiment de bien-être.
• La génétique: le risque augmente chez les personnes dont  les parents ont déjà  expérimenté ce problème. Il est également accru quand un membre de la famille est alcoolique.
• La société: l'alcool est partout. Il est légal et s’impose dans certaines situations sociales (refuser un verre dans certaines situations n’est pas chose facile). Un enfant entouré de buveurs a plus de risque de devenir alcoolique. 

• La personnalité: le perfectionnisme, l’incapacité à gérer la frustration et l'immaturité émotionnelle sont en faveur de l’alcoolisme. L’alcoolique est plus susceptible de développer des problèmes de communication, un complexe de culpabilité, une mauvaise estime de soi ou des tendances dépressives.
Il a souvent du mal à s’imposer socialement et boit pour se sentir plus à l’aise avec son entourage.
• L’âge: selon les études plus les jeunes commencent à boire tôt, plus ils risquent de développer une dépendance. Quand l’expérience avec l'alcool débute à l'adolescence, les chances d’avoir des problèmes plus tard sont accrues.

-      Que dites-vous du terrain libanais ?

Il y a malheureusement beaucoup de tabous liés à l'alcoolisme au Liban. Les gens ne réalisent pas souvent qu’il s’agit d’une maladie. Ils blâment l’alcoolique et remettent en cause sa «moralité».
Pour eux le traitement est limité à la désintoxication, alors qu’il s’agit en réalité d’un long cheminement. Nous manquons également  de centres de réadaptation soutenant les personnes dépendantes de  l'alcool ou d’autres  substances toxiques.

-      Quelles sont les conséquences de l’alcoolisme sur la santé ?

Sur le plan physique, l'alcoolisme peut causer la gastrite, la cirrhose du foie, et même des maladies mortelles comme les cancers de l'estomac, des reins et du foie. La digestion des nutriments dont le corps a besoin pour une  bonne santé est également modifiée. L'alcoolisme endommage les neurones et peut conduit à la démence.


Sur le plan psychologique, l’alcool confère au début un sentiment de relaxation, mais une consommation excessive augmente l’anxiété et mène à la dépression. Sans parler des problèmes légaux et familiaux : violence, changement de comportement, idées suicidaires…

Le troisième registre est d’ordre économique. L'alcool est onéreux. Boire deux ou trois fois par semaine coûte cher. Les gens n’y pensent pas et n’hésitent pas à tout dépenser  quand ils sont ivres.

 

-         Est-il facile de s’en sortir ?

Heureusement, beaucoup d’alcooliques arrivent à s’en sortir sans l’aide d’une tierce personne, alors que certains ont besoin d’une assistance professionnelle dans un centre de désintoxication.

Il faut également être surs de traiter d’autres problèmes psychiatriques ou dépendances liées à la drogue qui pourraient accompagner l’alcoolisme.

-      Comment peut-on aider en famille la personne concernée ?

On ne peut imposer notre aide à  l’alcoolique, à moins qu’il ne s’agisse de circonstances particulières comme un incident violent nécessitant l’intervention de la police ou une urgence médicale.

Les membres de la famille tentent souvent de protéger l’alcoolique en excusant son  comportement devant les autres et en essayant de minimiser les conséquences négatives de cette addiction. Il est important d'arrêter immédiatement toutes ces tentatives de sauvetage pour que  l'alcoolique puisse prendre conscience des effets néfastes de son alcoolisme. C’est le seul moyen de le motiver  à changer de vie.

.
Il vaut mieux parler avec le buveur suite à  un problème lié à l'alcool ( une dispute familiale grave ou un accident). Dites-lui que sa situation vous préoccupe et que vous êtes prêts à l’aider. Le soutien des amis et des  professionnels pourrait également être utile.
Les membres de la famille doivent comprendre qu'ils ne sont pas responsables de la situation  et qu'ils doivent prendre soin d'eux-mêmes, indépendamment de la décision du buveur.

 

-      Comment  l’Etat peut-il améliorer la prise en charge de l’alcoolisme?

Les centres de traitement de l'addiction doivent être financés. Il en est de même pour les centres de formation qui permettent aux  conseillers et aux thérapeutes d'acquérir les compétences et l’expertise nécessaires à la prise en charge des personnes alcooliques.


 

all news