? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Qu’est-ce que l’autorité parentale?
mardi 10 juin 2014
 EDUCATION

Qu’est-ce que  l’autorité parentale?

L’autorité parentale est l’autorité exercée au sein de la famille par les parents sur leurs enfants. Quand les parents en font bon usage, elle leur permet de bien faire grandir leurs enfants et leur manifeste l’amour inconditionnel qu’ils leur portent. Cela transmet aux enfants un sentiment de sécurité fondamental pour leur épanouissement. Bien sûr,  les problèmes et les difficultés dans l’exercice de l’autorité peuvent toujours subvenir. Divers facteurs peuvent ainsi causer des incohérences entre le désir de bien agir et le fait de mal agir. Ces incohérences ne doivent pas être un motif de découragement pour les parents mais plutôt des occasions de s’améliorer.

Interview avec Mme Louise VASDEBONCOEUR- AOUN,  déléguée de l’Association familiale pour l’Education, membre de l’IFFD.

·         Quelle est la définition de l’autorité ?

Le mot vient du latin « augeo » qui signifie augmenter, promouvoir, faire croitre. Dans le monde romain le mot "auctoritas" désignait la force capable de soutenir et faire croitre quelque chose.   La fin de l’autorité est donc de faire croitre chaque enfant dans son processus éducatif personnel.

L’autorité des parents est  un droit naturel, il  dérive du fait d’être parents. Mais il est également un devoir car les parents ont la responsabilité d’éduquer leurs enfants. Il faut faire redécouvrir ce devoir aux parents aujourd’hui !

L’autorité garantit aux enfants la sécurité de se sentir aimés inconditionnellement. Ils seront encouragés à accepter l’autorité grâce au comportement de leurs parents.

·         Pourquoi l’autorité est-elle si mal perçue aujourd’hui ?

On confond souvent l’autorité avec sa dérive qui est l’autoritarisme. L’autoritarisme repose sur un concept d’autorité comme finalité en soi. On pose des affirmations restrictives telles que « parce que je suis ton père/mère !», des menaces physiques, des punitions ou des privations. Dans ce cas, les parents insistent sur des requêtes formelles, comme par exemple pour un adolescent, le fait que celui-ci rentre à la maison à l’heure prévue, sans se préoccuper des choses importantes comme ses fréquentations, ses amis, du bon usage de son temps, de sa vie en général. L’éducation se réduit alors tout bonnement à du dressage.

Au lieu de viser des objectifs de croissance de grande ampleur, on se contente de satisfaction à court terme : l’enfant fait ce que je lui dis. Cela encourage l’enfant à mentir pour qu’on le laisse tranquille.

Quand il y a de l’autoritarisme, on oublie que l’obéissance est un acte libre et qu’elle devient une qualité humaine seulement quand les actes en questions peuvent être accomplis dans un climat de confiance  entre parents et enfants. Malheureusement souvent par crainte de l’autoritarisme, on tombe dans l’autre excès : le permissivisme.

·         En quoi consiste le permissivisme ?

L’autorité éducative est absente et l’enfant grandit alors sans aucun repère. Un des premiers pas vers le permissivisme est la surprotection des enfants. En étant hyperprotégés, les enfants ne développent pas une liberté qui leur permette d’assumer leurs responsabilités. On ne laisse pas aux enfants le droit de se tromper dans les petites choses, pour s’entrainer à exercer de façon correcte leur jugement dans les décisions plus importantes qui devront être prises inéluctablement dans leur vie.

L’enfant va alors grandir sans autonomie, continuellement rattaché à ses parents par un lien paralysant, qui le pousse ensuite quand il en aura l’occasion, à chercher à s’affirmer dans des actions qui pourront être nocives pour lui et les parents deviennent alors des témoins désemparés.

 

·         Comment bien exercer son autorité en famille ?

 L’exercice de l’autorité doit prendre en considération deux piliers. Tout d’abord, la complémentarité entre l’autorité paternelle et maternelle, premiers responsables- au même niveau et au même titre- de l’éducation de leurs enfants. Il s’agit de l’autorité complémentaire qui est nécessaire au bon développement de l’enfant. Ensuite, il faut adapter son autorité en fonction de l’âge et des capacités de chaque enfant. Il s’agit alors de l’autorité dynamique, car les besoins des enfants diffèrent en fonction de leur étape de croissance. On ne va pas exiger la même propreté de la part d’un enfant de 1 an que d’un enfant de 6 ans ! Mais on oublie que l’on peut exercer son autorité même avec un tout-petit, ne serait-ce qu’en lui imposant un rythme de sommeil, de repas, d’hygiène qui lui permet de bien grandir.

 

 

all news