? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Quand la passion n’y est plus !
samedi 31 janvier 2015
  

Vie conjugale : quand la passion n’y est plus !

Cela fait des années que vous êtes mariés et vous sentez que votre vie conjugale n’est plus à la hauteur de vos attentes ? Le tourbillon des responsabilités parentales vous prend dans son filet et la passion des premières années commence à vous manquer ?

Inutile de stresser : ce sentiment est tout à fait normal et surmontable !

Interview avec Mme Rose-Marie CHAREST, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec.

 

Doit-on se sentir mal si nous ne ressentons plus la passion des premiers temps ? L’amour est-il forcément passionnel?

Il faut savoir que tout est affaire de temps. La grandeur de l’amour ne peut être mesurée constamment de la même manière. Si c’est la passion qui donne la mesure au début de la relation, il ne faut pas oublier que le grand amour est celui qui dure et surmonte les problèmes, celui qui est le fruit et la source de notre développement.  La passion soude la relation au début, mais elle fait ensuite place à l’intimité, à l’engagement, qui contribuent à faire durer un  « grand » amour au fil des ans.

 

Le bonheur conjugal est-il défini selon ce qu’on ressent à un moment donné ou selon l’évaluation de notre vie dans son ensemble ?

Les deux définitions sont correctes.  Il faut savoir que la passion nous rend pleinement heureux à un moment donné. Elle nous donne l’impression d’avoir échappé à la solitude existentielle. Mais si nous optons pour une évaluation plus globale du bonheur, ces moments de passion s’avèrent des éléments insuffisants.  Il est important de sentir qu’on a  réalisé un ou des projets de vie, la relation de couple et la famille étant parmi les projets les plus importants.

 

Que dites-vous aux jeunes couples qui ont peur de reproduire la vie conjugale routinière de leurs parents?

L’intimité et le partage du quotidien sont les fruits du mariage.  Soyons curieux de se connaître en relation avec l’autre. La vie quotidienne peut nous  rappeler celle de nos parents, avec les bonheurs que l’on voudrait reproduire et les malheurs que l’on voudrait éviter.  Mais il est important de se rappeler aussi que nous ne sommes pas  identiques à nos parents.  Chacun a sa propre personnalité, son propre pouvoir de décision.   Si leur expérience peut nous influencer d’une certaine manière, elle ne peut en aucun cas déterminer notre vie.  Sachons l’utiliser pour apprendre, évoluer, poser des choix. C’est nous qui décidons ce que nous voulons être et faire. Osons s’affirmer, d’autant plus que l’autre souhaite forcément que nous soyons heureux avec lui.  N’hésitons donc pas à demander des changements dans les attitudes qui nous déplaisent et nous dérangent. 

 

D’après votre expérience, les problèmes conjugaux sont-ils souvent similaires ?

Il est évident que les différences culturelles jouent un rôle important dans la structuration sociale. Elles influencent donc les couples. Mais dans nos rapports les plus intimes, nous nous ressemblons beaucoup en tant qu’êtres humains. Nous recherchons tous à être épanouis à travers notre relation.  

 

La relation dans le cadre du couple peut-elle nous combler? 

Oui, à condition d’avoir des attentes réalistes!  Le couple ne peut  pas tout nous donner.  Le développement individuel demeure important pour continuer d’avoir une vie à soi, pour continuer d’intéresser l’autre. Le partage sera ainsi  une richesse et non une obligation.  

 

 

all news