? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
La cuisine arménienne : riche et légère…
samedi 31 janvier 2015
 La cuisine arménienne : riche et légère…

 

La cuisine arménienne se compose de deux "cultures"  différentes liées à la répartition géographique du peuple arménien : la cuisine montagnarde de l'actuelle république d'Arménie, et celle méditerranéenne de la diaspora arménienne suite au génocide de 1915-1917.

De nombreux  plats sont d’ailleurs communs à la gastronomie libanaise, grecque, turque.

Quels sont les avantages de la cuisine arménienne ?

Interview avec  Mme Aline KAMAKIAN, propriétaire et directrice du restaurant Mayrig.

 

 

Comment expliquez-vous le fait que la cuisine arménienne ait pu être préservée malgré l’émigration ?

Le déplacement  des populations a toujours été un facteur de cohésion: deux Libanais qui se rencontrent à l’étranger s’entraident forcément. De même pour les Arméniens.  Ce sont les familles qui ont émigré avant le génocide et celles qui y ont survécu qui ont pu garder cette cuisine traditionnelle. Il y a là une volonté de sauvegarder la culture.

La cuisine arménienne a-t-elle une valeur ajoutée?

Proche de la cuisine libanaise, elle est riche en viande, poissons, grains, légumes… Ce sont presque les mêmes ingrédients différemment préparés. La valeur ajoutée réside dans les herbes et les aromates.  Les plats sont donc  aromatisés, non épicés. Le poivron rouge est utilisé dans la majorité des plats sous forme de purée. Nous préparons par exemple du pain au poivron avec des grains de sésame et du fromage, façon lahme b’ajine.

Le yaourt occupe-t-il une place importante dans la  cuisine arménienne?

Avant le génocide chaque famille était connue pour avoir son propre yaourt, chacune d’elles gardant ses propres enzymes. Dans le cas du « mante », une sorte de chich barak arménienne bien connue, on utilise le yaourt froid.

Cette cuisine est-elle qualifiée de légère ?

Contrairement à ce que certains pensent,  la cuisine arménienne est bien légère et équilibrée. Après tout c’est une cuisine méditerranéenne  comportant beaucoup de salades. Il y a plus de 40 variétés de plats végétariens différents ! L’huile d’olive y occupe aussi une place importante.

Que conseillez-vous aux lecteurs d’Allô Parents  en vue de préserver notre patrimoine culinaire?

Si de nombreuses femmes travaillent à l’extérieur et ont du mal à trouver du temps pour cuisiner, nous avons la chance de vivre dans un pays où les restaurants proposent des plats du jour cuisinés et les supermarchés proposent des légumes semi-préparés tels que le persil haché ou les courgettes vidées pour être farcies. Profitons donc de ces facilités et évitons l’excès de fritures et de fast-food. Une variété de légumes est également à notre disposition tout au long de l’année.  Tout ce qui nous manque est donc la bonne volonté !

D’autre part, nous Libanais avons souvent la mauvaise habitude de manger assez tard et de commander  un surplus de plats composant les  mezzés.

Faisons un effort pour apprendre à nos enfants  quoi et comment manger pour contrecarrer le risque d’obésité.

N’oublions pas que notre corps est notre capital le plus précieux : prenons-en soin par le sport et le choix de la bonne nourriture !

 

all news