? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Il ne lève jamais la main en classe !
lundi 8 juin 2015
 Psycho

 

Il ne lève jamais la main, même s’il connait la réponse !


Est-on timide de naissance ou est-ce notre éducation qui nous rend timide ?

La timidité est le résultat d’un mécanisme psychique qui se construit lentement. Il n’est pas nécessairement lié à la faute d’un parent ou à un traumatisme.

Interview avec Dr Rose SARRAF, psychopédagogue, professeur universitaire à la Faculté de Pédagogie de l’Université Libanaise et à la Faculté des sciences de l’Education - USJ.

 

Comment peut-on définir la timidité ?

Le véritable nœud de la timidité est la difficulté à accepter le regard de l’Autre. C’est le « reflet de la gêne provoquée par le jugement d’autrui ».  L’image que l’enfant se fait de lui-même n’est que le « reflet de l’image que se sont faite de lui ses parents ». La timidité traduit donc une certaine mauvaise estime de soi.

 

Pourquoi est-on timide?

Les causes sont variées :

1-      La vulnérabilité génétique : même si aucun gêne de la timidité n’est identifié, 15 à 20% des enfants naissent avec une prédisposition à la timidité (leur amygdale cérébrale est sensible aux situations stressantes). La timidité n’est toutefois pas liée à un défaut physique comme le bégaiement, la laideur…

2-    L’environnement familial : Selon Freud, l’environnement a une influence incontestable. Des  parents sévères ou rigides, des parents qui idéalisent excessivement ou qui surprotègent font de leur enfant un timide. L’enfant a conscience d’avoir de la valeur à travers leur regard.

3-    La dimension culturelle : 90% des japonais sont timides. Modestie, discrétion et gentillesse sont des valeurs sacrées dans la culture japonaise.

4-    Un événement vécu : une humiliation ou une moquerie publique, un échec douloureux, une remarque blessante…

 

 

C’est donc une question de confiance en soi ?

Certes, la timidité est liée à un manque de confiance en soi. Si l’enfant se sent aimé "sous condition" (d’être sage, d’obéir...) il peut se replier sur lui-même et devenir timide.

Si l’enfant vit constamment selon les exigences de ses parents où il n’y a pas de place pour l’échec,  cette pression constante affaiblira sa confiance en lui-même au lieu de la favoriser. Ne pouvant rejoindre la barre fixée trop haut pour lui, il abandonne la partie avant même de l’avoir commencée ! La peur de l’échec est fortement paralysante. L’enfant craint alors de décevoir ses parents ou pire, de perdre leur amour s’il échoue.

La timidité est donc un sentiment d’insécurité. Elle est associée à un manque d’assurance, une anxiété dans les rapports avec autrui. Les psychologues l’appellent "l’anxiété sociale non pathologique". Elle s’accompagne généralement du sentiment d’être incompris. Lorsque la timidité tourne à la peur, à une panique, on parle de pathologie : "la phobie sociale".

La timidité peut donc être pathologique ?

Elle est naturelle chez un enfant qui doit faire face à un nouveau groupe ou à une nouvelle activité. Elle devient problématique et même pathologique lorsqu’elle entraîne une grande détresse, au point de paralyser physiquement l’enfant.

Mais de quoi l’enfant se méfie-t-il ?

Il a peur d’affronter le jugement d’autrui. Le timide a souvent des problèmes d’élocution. En situation d’angoisse, son corps se tétanise. Il étouffe et devient fébrile.

Il est très souvent anxieux. Tout ce qui vient rompre la routine peut provoquer des sensations de malaise. Souvent, la séparation avec ses parents sera difficile, l’enfant appréhendant la nouveauté.

Comment remarquer un enfant timide ?

-         Il est solitaire et  joue rarement avec les autres.

-         Il  reste dans son coin et fait les activités tout seul.

-         Il ne semble pas à l’aise dans ses rapports avec les autres.

-         Il  ne parle qu’à ses parents et se tait dès que ceux-ci sont en présence d’inconnus.

En classe, il s’arrange  pour passer inaperçu, il ne lève jamais la main même s’il connaît les réponses.

S’il est invité chez un ami, il décide à la dernière minute de ne pas s’y rendre.

Quand on lui adresse la parole il se trouble et regarde par terre.

 

La timidité peut-elle  "désavantager"   l’enfant à l’école ?

La timidité est l’un des défauts les mieux acceptés dans notre société. Qui critiquerait cet enfant si sage et bien élevé ?!

Généralement, un enfant timide veut réussir et pourtant il a peur. Il veut toujours exceller, mais il a surtout peur de ne pas faire plaisir. La contradiction le torture.

Quand la maîtresse lui demande de prendre la parole, il perd ses moyens et devient la risée de ses camarades. Sa timidité se renforce. 

 

Que doivent faire les parents ?

-         Respectez sa personnalité. Attention, un enfant tranquille qui ne parle pas beaucoup n’est pas nécessairement timide !

-         N’en faites pas trop. Chaque enfant se développe à son rythme. L’enfant qui se sentira respecté et en confiance sortira graduellement de sa "coquille".

-         Valorisez l’enfant, encouragez ses moindres succès, et minimisez ses erreurs.

-         Ne faites pas allusion à sa timidité. Ne lui dites pas "cesse d’être timide", cela ne ferait que renforcer son retrait!

-         Ne décidez pas de tout à sa place. Laissez-le prendre des décisions, faire ses propres expériences.

-         Obligez-le très tôt à s’exprimer. Discuter avec un enfant est le meilleur moyen de favoriser le développement de son intelligence.

-         Aidez l’enfant à développer ses talents artistiques. Apprenez-lui à s’exprimer par le chant, la danse. Il a besoin d’apprendre qu’il peut réussir.

-         Apprenez-lui des techniques de respiration et de relaxation. Il pourra s’en servir lorsqu’il se sentira anxieux.

-         Entourez-le d’amour et de chaude sympathie. Surtout soyez patients !

all news