? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Les Libanais et l’hypertension artérielle…
lundi 8 juin 2015
 Actualité

 

Les Libanais et l’hypertension artérielle…

Voulez-vous savoir pourquoi l’hypertension artérielle occupe une si grande place au Liban ?

Une étude menée par l’Hôtel Dieu de France et la faculté de médecine de l’USJ  a été présentée en mai 2014 dans le cadre du  meeting de la Société Internationale d’Hypertension Artérielle et de la Société Européenne d’Hypertension Artérielle à Athènes, puis publiée dans le « Journal of Clinical Hypertension ».

Quelles sont les nouvelles données de cette étude ?

Interview avec Pr Rabih AZAR, chef de service de cardiologie à l’Hôtel de Dieu de France-Beyrouth et professeur à la faculté de médecine de l’USJ.

 

Qu’est-ce que l’hypertension artérielle ?

L’hypertension artérielle est actuellement la maladie la plus fréquente dans le monde. C’est la première cause de mortalité et de morbidité, bien avant le tabac, le cancer ou les maladies infectieuses. L’Organisation Mondiale de la Santé la considère comme une épidémie qui menace les civilisations car sa prévalence  ne cesse d’augmenter. Il s’agit de la première cause des maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires, et d’une cause principale des maladies du rein.

Une personne est hypertendue quand sa pression systolique est supérieure à 140 mm de mercure ou quand sa pression diastolique est supérieure à 90 mm de mercure.

Quels sont les signes et les symptômes de l’hypertension artérielle ?

Une personne hypertendue peut ignorer sa maladie pendant de longues années  car souvent elle ne ressent aucun symptôme particulier ! C’est donc par hasard, en prenant sa tension, qu’on tombe sur le diagnostic. Parfois certains se plaignent de symptômes non spécifiques comme une céphalée ou un bourdonnement d’oreilles quand le stade la maladie est avancé. Après plusieurs années un accident vasculaire cérébral, un infarctus du myocarde ou une atteinte du rein peuvent avoir lieu. Il faudrait donc détecter l’hypertension artérielle avant la survenue de ces complications, d’où l’intérêt du dépistage.

Quelle est la prévalence de la maladie dans le monde et au Liban ?

La prévalence varie de 25 à 40% au niveau mondial, ce qui est énorme ! Au Liban nous n’avions pas de statistiques officielles quant à ce sujet. Nous avons donc opté pour une étude couvrant 1700 Libanais adultes âgés de plus de 21 ans et répartis sur tout le territoire libanais afin de calculer la prévalence de l’hypertension artérielle au Liban. L’étude démontre que 36% des Libanais souffrent de l’hypertension artérielle.  Ce chiffre est très important, il est même supérieur à celui des pays voisins.

Tous sont-il traités ?

50 % des patients sont conscients de leur maladie, mais la tension n’est contrôlée que chez la moitié de ces 50%. Quand on n’est pas bien traité, il est évident que le risque de maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires  augmente. Donc finalement 25% des hypertendus ont une tension bien contrôlée par le traitement.

Y a-t-il une différence entre hommes et femmes ?

L’hypertension artérielle est plus fréquente chez les hommes mais les femmes sont plus conscientes de leur maladie quand elle existe. La prévalence augmente d’ailleurs avec l’âge.

Comment expliquer cette prévalence élevée au Liban ?

Il existe probablement des facteurs génétiques qui prédisposent les Libanais à cette maladie. D’autre part , les patients interrogés savent rarement énumérer les facteurs hygiéno-diététiques ou environnementaux liés à l’hypertension artérielle. De nombreuses personnes ignorent  que l’excès de sel  et l’obésité sont  nuisibles et qu’il existe des facteurs protecteurs  tels que l’activité physique régulière ou l’alimentation riche en légumes et calcium. Au Liban nos habitudes alimentaires (excès de sel, excès de calories) ainsi que la sédentarité favorisent l’hypertension artérielle.

L’étude a-t-elle démontré une différence selon le niveau socio-économique des personnes?

Les personnes à revenus élevés sont souvent plus hypertendues mais mieux traitées que les personnes à faibles revenus. Elles sont également plus conscientes de leur maladie. Aucune comparaison n’a été faite entre villes et villages mais  nous n’avons pas remarqué de différence significative entre les habitants des six mouhafazats du Liban.

Comment expliquez-vous le fait que seulement 25% des hypertendus Libanais aient une tension bien contrôlée ?

Pour corriger l’hypertension artérielle il est souvent recommandé d’associer deux voire  trois médicaments. Or la plupart des patient n’en recevaient qu’un. Ils  continuent également à consommer beaucoup de calories et de sel sans trop bouger !

 

all news