? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Les caprices et l’âge du « non » : comment réagir ?
samedi 19 septembre 2015
 Les caprices et l’âge du « non » : comment réagir ?

Quand un enfant atteint deux ans, il est sujet à de fréquents éclats de colère et  sourd à toute remontrance. Ces éclats de rage se manifestent souvent pour des raisons futiles et les parents se sentent alors bien embarrassés surtout lorsque d’autres personnes sont présentes.

Comment réagir de façon éducative et non pas instinctive ? Comment établir des règles ? Peut-on en définir à cet âge ? Comment les faire respecter sans étouffer la personnalité de l’enfant qui est en train de se former ?

Interview avec Mme Louise VASDEBONCOEUR- AOUN, présidente de l’Association familiale pour l’Education.

·         Peut-on poser des limites aux enfants alors qu’ils sont encore tout-petits ?

Aujourd’hui on parle de donner aux enfants le sens des limites, en se demandant quand commencer. On pense même parfois que si l’enfant s’oppose aux parents c’est par « besoin de croître librement en pouvant s’affirmer pleinement». Il faut en effet prendre en considération l’entrée en l’âge de la découverte du « moi ». A presque deux ans, l’enfant commence à se reconnaître dans le miroir, reconnaît son visage et son corps, comprend avoir un pensée et une volonté propre. C’est le début de l’âge bien connu du « moi » ou il commence à dire « je »: il ressent la pulsion de faire valoir ce « je » et pour cela a besoin d’opposer sa volonté à celles des autres, tout spécialement celle des parents. Pour l’enfant, dire «non» est une découverte enthousiasmante et pour cela il le répète fréquemment, comme un mot magique.

·         Est-ce donc une phase incontournable pour chaque enfant ?

Cette phase des caprices est très salutaire et passera rapidement. Si tout procède bien, l’enfant en grandissant, va trouver des façons moins capricieuses et puériles de s’affirmer. A deux ans l’enfant peut marcher, bouger de manière autonome mais il n’a pas le sens du danger.  Il veut tout toucher et tout dans la maison suscite sa curiosité: télévision, montres, objet fragiles et précieux, sont pour lui une source continue de défense et de reproches. Il ne comprend pas ces reproches formulés par les grands parce qu’il n’a pas encore développé de pensée logique.

Donc, il ne sert à rien à cet âge de raisonner avec lui surtout lorsqu’il est en train de crier et de protester. Il nous reste à réduire au minimum les occasions d’interventions négatives  et à organiser la maison de façon conséquente, afin de  lui donner liberté de bouger, en mettant tous les objets dangereux hors de sa portée.

·         Comment réagir devant les caprices sans motif?

Derrière les caprices sans motif des enfants il y a toujours une raison et il est fondamental que les parents la découvrent. Pourquoi un enfant est-il agressif ? On ne peut le comprendre qu’en se mettant à sa place et en adoptant son point de vue. Les caprices très fréquents, pénibles et  apparemment sans motif ont souvent lieu pour attirer l’attention – surtout celle des parents. Cela arrive fréquemment à la naissance d’une petit frère/sœur car l’enfant se sent négligé, mis de côté. Cela se produit aussi avec l’enfant unique qui en grandissant bénéficie de moins d’attention de la part de ses parents.  Les raisons peuvent être diverses et dépendent de chaque enfant et de chaque situation.

Dans tous les cas, il faut chercher à les comprendre. Les parents doivent affronter de façon adéquate les caprices, sans se limiter à la punition mais en comprenant l’origine du comportement.

Le caprice est certainement une façon inappropriée d’exprimer ses propres raisons et l’enfant sera repris avec fermeté, afin qu’il évite d’adopter cette forme d’opposition. On ne peut pas négliger par contre,  le contenu du caprice, ni les raisons/motivations qui l’ont provoqué.

·         Que peuvent faire les parents ?

Réfléchir ensemble, avec calme, sur les comportements de leur enfant va les aider à repérer et modifier leurs façons de faire – qui sans s’en apercevoir pouvait provoquer les caprices - de manière appropriée. Les parents découvriront ainsi que de nombreux points sont en réalité en train de masquer un besoin d’affection très fort.

Si les parents répondent de façon ferme, mais raisonnable aux comportements plus ou moins erronés de leur enfant, ce dernier va les imiter et se comporter de façon plus raisonnable. Cela l’aidera plus tard à être plus équilibré et serein face aux obstacles de la vie lorsqu’il atteindra l’âge adulte et devra faire face au monde avec ses propres règles.

all news