? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Famille nombreuse : comment gérer ?
jeudi 20 octobre 2016
 Famille nombreuse : comment gérer ?

 

De nos jours, une famille de 3 enfants est considérée comme étant nombreuse !

Clotilde et Nicolas NOEL ont 7 enfants. Comment arrivent-ils à gérer le quotidien avec tous ses problèmes, ses joies, et ses surprises ?

Interview avec Mme Clotilde NOEL, auteur du livre « Tombée du nid ».

 

 

-         La famille nombreuse  était-elle à la base de votre projet de couple ?

-         Oui ! De mon côté j’ai  9 frères et mon mari, ayant beaucoup d’amis issus de familles nombreuses, était séduit par l’idée. Quand cela fonctionne bien c’est magnifique ! Mais ce choix a été remis en question à chaque naissance. Il fallait voir comment le couple survivait … Il ne s’agissait pas de tenir une promesse au détriment du couple. Suite aux 4 premières grossesses, nous avons donc dû  prendre un break pour réfléchir à nouveau. Tout s’est construit au jour le jour !

 

-         Etes-vous organisée ?

 

-         A la base je ne l’étais pas mais on s’organise en fonction des arrivées. S’organiser ne sert à rien  et devient même embêtant quand on est seul ou quand on a un seul enfant. Par contre,  quand la famille s’agrandit,  cela évite d’être noyé dans le quotidien et permet d’offrir des petits moments choisis pour chacun.

 

-         Comment arrivez- vous à vous occuper des sept ?

-         Il faut être astucieux et inventif pour rebondir et se reconvertir en permanence. Un système qui marche actuellement peut ne plus fonctionner dans quelques mois. Les âges des enfants sont très différents, de la maternelle à la classe de première. Je n’élève pas en troupeau, je travaille plutôt sur l’envie tout en tâchant d’être raisonnable.

 

-         Comment se passe une journée type chez vous?  (encadré)

-         La maison est organisée en fonction des activités de chacun. Après l’école  j’aide Philippine (CE1) à faire ses devoirs au salon tandis que les 3 « grands » (1ère, 3ème, 5ème) travaillent chacun dans sa chambre.

Puis je prépare le repas.  La cuisine américaine me permet d’être toujours proche. La petite dernière,  Marie (3 ans), s’amuse dans son parc. Je peux donc répondre aux questions s’il y en a, sachant que les enfants sont solidaires entre eux pour les devoirs.

Le bruit est canalisé, on ne dirait pas qu’il y a 7 enfants à la maison !

Les petits dinent puis je les couche vers 19h30. J’essaie de commencer assez tôt pour pouvoir tenir jusqu’à 9 h sans hurler.

Le secret ? Faire les choses avec  plaisir et avancer au jour le jour.

 

-         Consacrez-vous du temps pour chacun ?

Oui, cela fortifie les liens. On se partage les tâches mon mari et moi. C’est lui qui fait les réunions d’écoles et échange avec les enfants autour des notes. Quand l’un gronde, l’autre n’intervient pas.

Il faut toujours rééquilibrer : tous les ans l’un des enfants va mal et nécessite une attention particulière. Certains idéalisent à tord notre vie alors qu’on se met souvent en colère. Ce qui compte c’est  la volonté de faire mieux. On  essaie de les élever avec le moins d’injustice possible.

 

-         Jouent-ils souvent ensemble ?

-         Ils sont de plus en plus soudés et il n y a quasiment pas d’écrans chez nous. On a investi dans une salle de jeu bien équipée où tout est trié (jeux de société, lego, …) avec une table de ping-pong à l’extérieur. Ils grimpent sur les arbres, jouent à la cabane.

 

-         Ne réclament-ils pas des tablettes ?

-         L’ainé a eu son téléphone en classe de seconde, il a donc tracé la route aux autres concernant l’âge requis. Pour éviter toute frustration et vu qu’il excelle en informatique nous lui avons acheté un bon ordinateur placé dans la salle de séjour.  Il ne faut pas prendre les enfants pour des héros en leur interdisant de trop regarder la télé quand elle est dans leur chambre ! Ce n’est jamais un « non » pour le « non », on explique le pourquoi, et on essaie de compenser en leur faisant plaisir : ils invitent leurs copains, ont reçu un vrai baby-foot comme cadeau … On fait de sorte à leur fournir tous les bons éléments qui les rassemblent à la maison au lieu qu’ils n’aillent se divertir ailleurs. Il est d’ailleurs bien plus rigolo de jouer ensemble au Monopoly que d’être en solo branché sur un jeu vidéo !

 

-         Avez-vous des domestiques ?

-         Non, une femme de ménage vient régulièrement et toute la famille participe au rangement. Je refuse que les ainés soient responsables des petits, mais on s’entraide à débarrasser la table, à mettre le linge dans la corbeille, etc… C’est très éducatif. Chaque soir l’un d’entre eux fait un petit service et ça tourne. Je leur apprends à bien faire les choses.

 

-         Vous cuisinez le même plat pour tout le monde ?

-         Oui, vu qu’il n y a pas d’allergies. S’ils refusent le fromage ou le dessert je n’en fais pas un drame. Par contre il faudrait toujours goûter au plat principal et bien vider l’assiette.

 

-         Les grands-parents représentent-ils un soutien pour vous ?

-         Ils ne sont pas proches géographiquement. Ils adorent les enfants, mais je ne veux pas non plus leur imposer mes  propres choix. Je sors seule quand ils sont à l’école et à la garderie, je les laisse aussi parfois le soir avec mon mari, et on a un super relais d’amis. On se fait tous des services. Par exemple tous les jeudis j’ai 18 enfants à déjeuner. Ils accueillent également nos enfants quand on part en couple une fois par an pour un long week-end.

 

-         L’un de vos enfants est précoce. Comment avez-vous géré cela ?

 

-         Un enfant précoce peut vivre un vrai mal être si on passe à côté de sa souffrance : très affectif, il s’ennuie et s’énerve en classe, fatigue les profs, ne travaille pas et par conséquent  a de mauvaises notes. Sa frustration émane du fait qu’il  n’arrive pas à développer ses capacités.

 

L’enfant précoce  sait qu’il est différent et la différence fait peur. Il ne peut pas fonctionner dans le système qu’on lui propose. Ce système allait bousiller mon fils et c’est très stressant pour les parents !  Il a dû sauter de classe, changer d’école pour une classe de 15 élèves, puis comprendre l’importance du travail. La précocité est un vrai handicap et le pire c’est que les gens ne reconnaissent pas votre souffrance. Actuellement on est sur le bon chemin. Par ailleurs, cet enfant est un vrai trésor : il est drôle, a un grand cœur, une grande spiritualité…

 

 

 

 

all news