? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Peut-on manger sans se nourrir?
mercredi 6 décembre 2017
 Peut-on manger sans se nourrir? 

 

 

Il ne faut pas confondre se nourrir et se remplir !

On peut être gros et dénutri, mince et bien nourri…

Interview avec Monsieur Jacques- Pascal CUSIN, auteur de « Quand la bouffe nous bouffe » (Albin-Michel).

 

 

 

Que doit-on manger pour nous nourrir réellement ?

 

Notre alimentation doit nous apporter tous les nutriments dits essentiels à notre santé et que notre organisme ne peut fabriquer. Il s’agit en particulier de certains acides aminés qui nous permettent de construire les protéines, de certains acides gras qui sont à la base des graisses, ainsi que des vitamines, des minéraux et des oligo-éléments, à la fois pour eux-mêmes ainsi que pour leur rôle actif tout au long du processus de digestion. Enfin, les fibres jouent aussi un rôle nutritif primordial ; leur impact est direct lorsqu’elles alimentent notre flore intestinale en bonnes bactéries qui favorisent une bonne assimilation des nutriments ; il est indirect par leur effet sur notre transit. Ce faisant, elles nous permettent, par une bonne élimination des déchets d’éviter le stockage prolongé de particules mal digérées, lesquelles nous empêchent à la longue de bien assimiler. Enfin, les fibres jouent aussi un effet tampon régulateur bénéfique sur l’absorption des sucres et les graisses.

 

Faut-il favoriser certains aliments ?

 

Notre alimentation doit favoriser les aliments de provenance biologique complets, les céréales et les légumineuses, les légumes de terre et de mer, les fruits frais de saison, les huiles de première pression à froid ainsi que les graines et les fruits oléagineux (à coque) sous toutes leurs formes. Leur qualité biologique est un plus incontestable, car ils sont alors exempts de résidus chimiques susceptibles d’altérer l’assimilation de certains nutriments. De plus, ce type de culture nous offre souvent des aliments frais ayant une teneur en matière sèche nutritive supérieure à leurs contreparties issues de pratiques productivistes, « poussées » artificiellement, généralement gorgées d’eau et cueillies ou récoltées avant maturité.

 

 

Les modes de cuisson revêtent-ils une importance?

 

Plus la chaleur est intense et agressive, plus les nutriments essentiels se dénaturent et/ou sont détruits. On veillera donc à préserver un apport d’aliments crus régulier (en commençant nos repas par une grande salade mixte) et en optant pour les modes de cuisson les plus doux et les moins dommageables pour les aliments (vapeur, étouffée…).

 

Conseillez-vous la consommation d’aliments transformés ?

 

L’univers agro-indutriel nous offre pour l’essentiel des aliments raffinés (céréales et tous les produits qui en sont issus) contenant des ingrédients raffinés (huiles, sel, sucre). Sans oublier les aliments transformés et les plats préparés! En règle générale, plus un aliment est transformé, moins il nous nourrit et plus il nous rend dépendants.

En d’autres termes, les aliments bruts et peu transformés nous apportent des calories dites pleines ( les micro-nutriments, les fibres et les antioxydants essentiels à une bonne santé) par opposition aux calories vides qui nous remplissent de macronutriments (graisses, sucres et protéines) dépourvus de ces mêmes nutriments, conditions sine qua non à une bonne digestion, assimilation et élimination.

 

 

Peut-on être végétarien sans avoir de carences?

 

Dans la mesure où l’on consomme de temps à autre des sous-produits animaux bio et de qualité (fromage de chèvre ou de brebis, produits laitiers au lait cru, oeufs…), on peut être végétarien et en bonne santé, sans supplémentation. Par contre, cela est plus compliqué pour les végétaliens, auxquels il est recommandé d’acquérir de solides connaissances en nutrition, et de recourir à une supplémentation, notamment en vitamine B12.

Le terme « régime végétarien » est restrictif pour une alimentation végétarienne qui, lorsqu’elle est de qualité biologique, équilibrée et variée, est bien plus favorable à la santé que l’alimentation dominante, tendance industrielle et animale.

Une telle alimentation est tout à fait adaptée aux enfants.

all news