? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Les enfants : comment se reposent-ils ?
mercredi 25 janvier 2012

Les enfants : comment se reposent-ils ?

Suite à la table ronde qui a eu lieu au Biel dans le cadre du lancement de la revue Allô Parents, nous reprenons à votre demande l’un des thèmes traités autour du repos des enfants.

Quels sont les troubles du sommeil à éviter ? Faut-il stimuler l’enfant par maintes activités ? Qu’en est-il du livre et des jeux vidéo ?

Interview avec Mme Muriel TYAN, psychothérapeute d’enfants et d’adolescents.

Photo : Georgi BITAR

 

A quel point le  sommeil est-il important pour les enfants ?

Un rythme de sommeil bien structuré  est nécessaire chez les enfants et les adolescents. Sans oublier l’importance de la sieste  chez les petits enfants surtout en classe de maternelle (âge inférieur à 3ans)  et chez les adolescents qui refusent de dormir tôt.

Quelles sont les fonctions primordiales du sommeil chez l’enfant ?

Le sommeil agit sur les fonctions nutritives et permet aux enfants de grandir grâce à la sécrétion des hormones de croissance. Il contribue aussi au développement physique et émotionnel de l’enfant. Les besoins en sommeil varient avec l’âge et tendent à diminuer progressivement de la naissance (≈16 à 20h) à l’adolescence (moyenne=10h).

Quand parle-t-on de troubles du sommeil ?

Il faut repérer en premier lieu la fréquence des réveils : ponctuels, variables liés à des périodes de changement, durables voire permanents, chroniques (plus de trois fois par semaine pendant plus de trois mois), ou en lien avec des facteurs héréditaires.

Quelles sont les causes de ces troubles ?

Elles  varient d’une inadéquation entre  les besoins de l’enfant en fonction de son âge et les rythmes imposés par le mode de vie de la famille (horaires des parents au travail, environnement et habitudes culturelles), au conditionnement de l’endormissement (musique, lumière, doudou, présence d’un parent, absence de limite…), aux causes organiques  (reflux, allergie lait, eczéma, affection ORL, apnées du sommeil) et psychologiques.

Ces dernières comprennent les terreurs nocturnes chez les enfants âgés de 18 mois à 15ans, les cauchemars fréquents autour de 3 ans, les traumatismes (mort, divorce, maladie) ou changements (déménagement, rentrée scolaire), les angoisses de séparation et /ou de mort , les conflits d’école  ou les traumatismes plus importants (tels que les abus sexuels).

Comment favoriser le repos des enfants en dehors du temps de sommeil ?

Le repos des enfants inclut aussi le fait de les laisser prendre leur temps et jouer librement, développer leur espace psychique et leur autonomie sans être constamment stimulés par les jeux vidéo, l’internet, les activités parascolaires et les programmes. Dans ce mode de vie «  boulimique », l’enfant perd tout intérêt parfois pour les activités créatives et ludiques. Il ne trouve  même plus le plaisir dans la lecture pourtant si bénéfique.

Quels sont les bénéfices psychologiques de la lecture ?

Elle crée des liens particuliers parents-enfant dans un moment de partage affectif surtout le soir avant de dormir. Elle favorise aussi le développement du langage, elle apprend à écouter et à développer les capacités  d’attention et de concentration, à mettre des mots sur les émotions/ sentiments, et à s’identifier par exemple à un personnage pour dépasser ses peurs.

Les jeux électroniques et la télévision n’ont – ils pas d’avantages ?

Ce sont des activités agréables qui détendent et relaxent les enfants, enrichissent leur imaginaire et améliorent leur vocabulaire. Cependant, elles peuvent être néfastes en fonction de la durée d’exposition, de l’âge, de la personnalité, de la présence ou non d’autres loisirs, et des programmes télévisés choisis. Elles favorisent une activation exogène des mécanismes de l’attention, réduisant les capacités de maintien autonome de cette capacité. D’autre part elles perturbent le sommeil des enfants en augmentant les cauchemars, brident leur imagination, les rendent parfois violents ou passifs, favorisent l’obésité, et amènent à un manque d’esprit critique et d’analyse.

 

 

all news