? Détails article
The feeling of replica handbags uk is noble and gucci replica , but hermes replica black replica hermes bag will not give this handbags replica. The black Hong Kong-flavored shoulder replica handbags is engraved with a delicate kitten pattern, giving a kind of Playful and cute feeling.

Home
Elias RAHBANI : quand le papa parle …
samedi 27 avril 2013
 Spécial papa

Elias RAHBANI : quand le papa parle …

 

 

Un virtuose qui a marqué profondément  la musique libanaise, arabe et occidentale,  une très riche discographie, un remarquable  palmarès et bien plus que cela : un époux passionné et un tendre "papa".

Allô Parents l'a rencontré lors sa décoration au grade d’Officier des Arts et des Lettres, à l’Institut français du Liban et a eu avec lui ce charmant entretien.

 

- Comment décrivez-vous votre expérience de père ?

Je ne me considère pas "père seul" dans le cadre de notre couple. Nina, mon épouse, et moi ne faisons qu'un. Nous partageons tous les plaisirs et devoirs parentaux. Nous  accompagnions toujours à deux nos enfants à l'école et nous allions ensemble aux entrevues avec leurs instituteurs.

- Faut-il s’inquiéter  pour l’avenir de ses enfants ?

Oui la vie est assez dure ... Prenez mon exemple : j'ai créé il y'a quelques années mon propre studio d'enregistrement. A présent je le partage avec mes enfants Ghassan et Jad pour les aider. J’avais beaucoup peiné pour atteindre cet objectif.

- Que dites-vous aux parents qui trouvent que la tâche est lourde, se demandant s’ils sont vraiment faits pour être parents ? Faut-il être doué pour être parents?

Faisons confiance à la vie… La vie et l’amour que nous avons l’un pour l’autre nous apprennent tout.

Nous nous sommes mariés très jeunes, Nina et moi. J'avais 22 ans et elle en avait 17 ans. Avec  le temps nous avons compris que la vie est bien plus belle lorsque nous sommes proches l'un de l'autre et nous avons appris à  assumer nos tâches en tant que parents.

Le mariage n'est pas un plaisir qui dure seulement  2 ou 3 mois! C’est bien plus profond ! Nous devons donc  être sûrs du choix de la personne qui partage notre vie et de l’amour que nous lui portons.

- Comment faire pour préserver le couple malgré le stress de la vie familiale ?

Il faut trouver du plaisir même dans les choses les plus simples que l’on peut faire à deux. Nina et moi apprécions par exemple faire les courses ensemble. Beaucoup de gens se sont habitués à nous voir ainsi et cela nous amuse ! (90% des gens nous connaissent et savent que nous sommes inséparables).

- A quel point la vie de couple se reflète-t-elle sur les enfants ?

Les enfants imitent, copient leurs parents. Nos enfants ont appris à vivre une belle vie parce qu’ils l'ont vécue avec nous. Ils ont appris à prendre le temps de  s'occuper de leurs enfants comme nous le faisions.

- Qu’est-ce qui fait que les enfants d’un musicien sont souvent musiciens ?

Ils sont souvent doués, c'est inné, mais n’oublions pas aussi la part de l’imitation. Ils nous ont vus faire de la musique, ils ont fait de même.

Nina et moi avons de tout temps écouté  de la belle musique variée. Ghassan y était attentif depuis l’âge de 3 ans. Il savait reconnaitre la musique de chaque disque malgré les couleurs similaires des couvertures. Il connaissait les titres des grands artistes internationaux et fredonnait les airs de Mireille Mathieu. Petit à petit il a commencé à poser ses petits doigts sur le piano... je ne pouvais l'empêcher de faire de la musique plus tard…

 

- A partir de quel âge peut-on apprendre selon vous la musique ?

A 5, 6 ans l’enfant s’intéresse pratiquement à l'instrument de musique. Il commence à apprendre lentement les notes musicales.

J'ai débuté mon apprentissage de la musique à l'âge de 7 ans. J'ai suivi des cours de piano pendant 13 ans avec deux professeurs français extraordinaires dont l'un se nommait Michel Bourgeau.

- Encouragez-vous les enfants à participer aux programmes de chant à la télévision ?

Il faut avant tout encourager l'enfant à poursuivre ses études et à faire de  la musique un hobby. Beaucoup de médecins sont aussi de grands musiciens !

Il est bien difficile de vivre de musique ici. Le travail est laborieux et peu reconnu. J’aime bien le Liban, mais la vie y est assez dure. Peut-être aurait-il été préférable si les enfants de la famille n’avaient pas choisi ce même chemin, mais nous n'avons pu aller à l'encontre de leurs talents !

Propos receuillis par  Houda HENNICHE

all news